Suivre Panalpina France

Portrait d'Olivier Aristide

Actualité   •   fév 02, 2018 15:50 CET

Directeur Général de La Centrale de l’Édition depuis 10 ans, Olivier ARISTIDE a d’abord effectué une partie de sa carrière chez Hachette Livre International en tant que Secrétaire Général. Aujourd’hui, qu’il s’agisse de transport ou de recherche de solutions de crédit entre un éditeur et un libraire, La Centrale de l’Édition travaille au quotidien avec les libraires et grossistes du monde entier principalement francophones.

Pouvez-vous nous présenter La Centrale de l’Edition ?

La Centrale de l’Édition est l’organisme interprofessionnel de l’édition française en charge d’une double activité : la première concerne l’organisation du transport à l’export, ce qui nous amène à travailler en collaboration avec Panalpina depuis 5 ans maintenant, et la seconde, l’assurance-crédit pour nos membres, puisque nous sommes un GIE (Groupement d'Intérêt Economique) qui réunit les principaux diffuseurs / distributeurs de l’édition française. Ainsi, nous allons chercher pour leurs comptes, des garanties qui les assurent d’être indemnisés en cas de problèmes de paiement par leurs clients à l’international. Nous sommes client de COFACE depuis plus de 40 ans, un des assureurs de référence dans cette activité. Nous avons aussi développé d’autres types de garanties pour venir compléter notre palette en matière d’assurance-crédit.

La Centrale de l'Edition en quelques chiffres ?

Notre entreprise existe depuis 43 ans. Notre volume d’achat de transport est d'environ 15 millions d’euros par an, auprès de différents transitaires homologués pour une destination et pour un mode de transport. C’est dans ce cadre-là qu’en 2013, nous avons homologué Panalpina, à la fois sur le transport maritime et aérien vers l’Amérique Latine et sur l’aérien uniquement pour les 3 pays du Maghreb : Algérie, Tunisie et Maroc.

Comment est organisée votre prestation ?

L’essentiel de nos expéditions est réalisé en groupage. Cela signifie que l’ensemble des colis destinés à nos clients d’une même zone est remis à Panalpina, en vrac et sans tri. Panalpina reçoit les colis ou palettes pour l’ensemble des destinataires de l’ensemble de sa zone. Puis, que ce soit en aérien ou en maritime, elle doit trier et traiter ces colis par client et par destination pour les positionner sur le bon avion ou le bon navire.

Concernant notre cahier des charges, il vaut pour l’ensemble de nos destinations, avec quelques aménagements selon les zones. Mais en général, nous cherchons plutôt à faire du domicile - domicile. Pour le Maghreb et l’Amérique Latine par exemple, c’est un peu plus difficile donc nous nous arrêtons aux ports et aux aéroports pour toutes les destinations avec Panalpina. De façon opérationnelle, Panalpina procède à l'enlèvement des colis auprès de l’ensemble de nos adhérents qui sont en région parisienne, aussi souvent que de besoins. Panalpina est informé directement par les distributeurs des colis prêts à être enlevés et expédiés. Lorsque les demandes sont traitées, nous recevons de Panalpina des fichiers par transmission numérique résumant l’ensemble des opérations, ce qui nous permet de régler les factures rapidement, à 30 jours au plus tard.

Parlez-nous de vos besoins en matière d’expédition et de livraison ?

De la rigueur cela va de soi et de l’organisation bien entendu. Notre problématique actuelle se trouve dans le besoin d’avoir des délais de livraison les plus courts possible, aussi bien en aérien qu’en maritime. Mais bien entendu, la rigueur est quasiment inhérente à la prestation qui est demandée puisqu’en matière de douane, les colis doivent correspondre aux factures et réciproquement, en sachant que tout écart bloque l’expédition.

Quelles sont les évolutions majeures dans votre métier, en termes de transport international ?

Ce besoin d’aller toujours plus vite. Afin de bien contraster la comparaison, pour l’Amérique Latine par exemple, Amazon livre n’importe quel livre français en probablement moins de 4 jours, entre la réception de la commande sur internet et la livraison du livre à destination chez le client. Alors que nous, en maritime, nous avons besoin de plus d’un mois pour approvisionner le libraire. Le libraire local a donc du mal à rester compétitif, évidemment le coût de transport est amorti sur l’ensemble de ses importations et bien moindre proportionnellement au coût qu’Amazon va facturer pour le transport. C’est pour cela qu’il y a un véritable intérêt sur le raccourcissement des délais et cela vaut aussi bien en aérien qu'en maritime. Donc l’évolution majeure sur notre secteur d’activité sur les 4 ou 5 prochaines années c’est ça, le besoin constant d’accélérer le délai d’expédition et de livraison locale.

Pourquoi Panalpina ?

Nous avons lancé un appel d’offres au cours du deuxième semestre 2012, qui a mis en concurrence une demi-douzaine de participants. Nous avons tenu compte des références, des prix, de la qualité du service proposé - chacune des candidatures a été pondérée en fonction des délais proposés, car nous accordons une très grande importance à ce paramètre. C’est à l'issue de ce processus que nous avons retenu Panalpina pour principalement les raisons que je viens de citer.

Depuis 5 ans maintenant, la société Panalpina tient ses engagements, emporte la satisfaction quai-unanime de nos clients libraires et grossistes à destination et demeure cohérent sur le dossier qu’elle nous avait remis dans le cadre de l’appel d’offres. Et c’est pour cela que nous continuons de collaborer. Certains de ses concurrents ont manqué de cohérence - pour dire les choses par euphémisme - par rapport à leur réponse à l’appel d’offres et à notre cahier des charges, ce qui a très rapidement mis un terme à notre collaboration.

Quels sont les prochains grands projets pour la Centrale de l’Edition ?

Avec la concurrence actuelle du livre numérique d’une part et de l’impression à la demande sur le lieu de destination d’autre part, mes interlocuteurs doivent rester convaincus :

  • de la pertinence des livres imprimés pour la grande majorité de nos marchés,
  • et d’avoir accès au meilleur rapport qualité/prix/délai du transport de la part de nos transitaires.

Tel est mon objectif en matière de politique de transport. 

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Commentaire

Agree With Privacy Policy